La route qu’on se partage

C’est un inoubliable défilé de paysages qui, d’Alichur à Murghab, attend le voyageur.

DSCF3696

Le bitume est bien lisse, le trafic, vraiment clément et le vent de face, à peine taquin.

DSCF3704

Rien, en somme, ne s’oppose sérieusement à ce que nous caressions de nos roues le dos rond du haut-Pamir tadjik.

DSCF3706

Quelques bergers ci-et-là errent aux abords de la route. Le plus souvent, c’est de très loin qu’ils nous observent, depuis le pied des montagnes où est campée leur yourte.

DSCF3714

Au fond des plaines d’altitude, nous devinons quelques troupeaux de yacks, suffisamment nombreux toutefois pour polluer de leurs boues les rares cours d’eau.

Nous avons pris nos précautions à Alichur en remplissant nos gourdes : cinquante kilomètres avant la prochaine source… On ne nous la fait pas !

DSCF3716

Avec les paysages, ce sont aussi les visages qui se transforment.

IMG_2175

Comme on avance vers l’Est, des parois brunes et rouges se dressent avec insolence de chaque côté de la route. On regarde de moins en moins le bitume et de plus en plus la montagne…

DSCF3727

On distingue des goulottes, des arêtes, des failles, des lignes alléchantes…

DSCF3730

Les roches, des schistes et granites, virent du violet au gris,

DSCF3731

On repère au loin des sommets, on frétille, on ne tient plus, on pédale furieusement… On se jure de revenir un jour !

DSCF3732

On se paye une descente inoubliable dans une vallée de rêve, un sourire de bonheur flanqué entre les oreilles.

IMG_2181
On enrhume quelques marmottes jusqu’au moment où une vallée s’ouvre, au Sud, vers une plaine magique…

DSCF3748

Zab et moi on ne tient plus : on pile ! On saute du vélo, on contemple l’horizon en oubliant de respirer et d’un seul coup, on éclate de rire.

– Ah c’est dingue, si tu ne m’avais pas proposé le Tadjikistan, je n’aurais jamais eu l’idée de venir !
– Mais je ne pensais pas t’emmener dans un endroit pareil !

DSCF3754

Le sourire ne nous quittera plus. Après tant d’années de grand air, tant de voyages et de sommets, tant de kilomètres et de dénivelée…

DSCF3760

… tant d’épopées, d’expés, en solitaire ou en équipe…

DSCF3766

… nous devons nous rendre à l’évidence. Nous avons longtemps cru que « partager », ça voulait dire : « diviser »… comme on partage un paquet de gâteaux…

DSCF3784

Et que plus on partage, et moins il nous en reste ; ce qui devient franchement critique quand on ne mange pas à sa faim (!)

DSCF3769

Mais nous savons, aujourd’hui, que celui qui partage ses projets et son expérience ne les divise pas. Il en ressort… multiplié.

DSCF3774

Quand on partage, on multiplie.

DSCF3819

D’ailleurs, on multiplie surtout le potentiel bactérien des yourtes de Murghab, lors de notre passage,

DSCF3811

ainsi que le bazar ambiant qui règne entre cyclos. Il s’agit, j’en suis certaine, d’un sentiment partagé.

DSCF3797

En outre et pour notre plus grand bonheur, nous avons retrouvé à Murghab quelques cyclos de renom, dont cette fameuse équipe mère-fils qui circule en tandem, depuis quinze jours, sur les routes du Pamir, et qu’on ne présente plus…

DSCF3803

 Allez donc voir leur blog, il est très chouette aussi !!!

Publicités

Une réflexion sur “La route qu’on se partage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s